• 18 Movea
    28:18 h
    576,0 km
    10855 kcal
  • Parhaat Movet
  • 23.6.2019
    • Juoksu 1:39'04.1, 13,53 km
      Swimrun d'Arcachon avec tibou c'était génial !! pour une premiere on fini 3eme duo mixte et 9eme au scratch a refaire encore et encore :)
    15.8.2019
    • Triathlon 13:28'20, 235,0 km
      EmbrunMan 2019. Départ à 6h du matin, nuit noire. 1200 concurrents prets à en découdre avec le mythe. un bisou à tibou, un clapping et c'est parti... 1200 bonhommes qui partent en même temps, ça pue la testostérone. Je me retrouve dans la masse dès les premiers mouvements de crawl. Claque dans la gueule, griffures, coups de poings et pieds, tout y passe. Je ne m'agace pas et avance "tranquillement" entre les bouées. Je remets a plusieurs reprises mes lunettes de natation avec tout ce monde.. 1h10 plus tard, je sors de l'eau. je zigzag un peu et galère à enlever la combinaison. Je vois manon qui m'encourage à fond, les supporters sont en masse, ça crie fort c'est énorme ! Je prends mon temps à la transition, je veux savourer et surtout partir "propre" en vélo. je mets un cuissard par dessus la trifonction, mon maillot de vélo, un coupe vent, les mitaines, ma,ge une demi banae et bois un peu d'eau. je vais pisser et c'est parti pour le bike 9min plus tard. Je démarre tout tranquillement en vélo, le parcours est quand même très long.. 188km 3800D+ mieux vaut en garder sous la chaussure. Donc contrairement à mes habitudes, je ne remonte pas trop de concurrents et stabilise ma 450 eme place acquise dans l'eau (380 a la sortie de l'eau mais places perdues lors de la transition). première montée impeccable, si ce n'est des douleurs abdominales un peu invalidantes du fait de l'eau du lac d'Embrun qui reste sur le ventre... Grande descente derrière on prends 75 à l'heure, puis plat un peu long jusqu'à embrun. Au rond point de barratier, le monde est agglutiné, c'est top top !! je profite et encourage les encouragements :) je retrouve manon un peu plus haut qui m'encourage ! Un rapide bisou et c'est reparti pour la remontée de la vallée du Guil. Cette vallée est vraiment magnifique, je prends toujours mon temps, je bois et mange beaucoup pour éviter la fringale. La mmontée de Guillestre ce fait sur un bon rythme, je sens que les jambes sont en feu aujourd'hui mais ne m'enflamme pas pour autant... Arrivée en haut de la vallée, on tourne à gauche, direction l'Izoard. Premier quatre km tranquille jusqu'à ARvieux, puis 9% de moyenne jusqu'au sommet.. je monte à ma main et avec de superbes sensations !!!! c'est grisant de doubler tout ce monde, je pointe au col en 290 eme position et retrouve Margaux et son grand pere venus m'encourager :) Descente pleine balle sur briançon, 80 km/h au compteur ça file !!! puis retour vers embrun ,le vent dans la gueule. je négocie bien les côtes de Pallon et celle a l'entrée de saint clément. je me dirige maintenant vers la bifurcation qui va me ramener vers embrun. Je passe devant la maison ou nous dormons avec manon, les gens qui tiennent le gite m'encourage gentillement, je descends maintenant prudemment pour éviter betement une chute ou une crevaison. J'arrive au pied de la cote de chalvet, rapide bisou à manon et c'et parti pour la derniere ascension que j'ai reconnu qques jours plus tôt. Arrivée en huat, jambes toujours au top, pas de jeu dans le pédalier qu'est ce que c'est bon !! rapide descente vers embrun, je prends le temps de bien m'alimenter encore sur les derniers km de vélo et pose le joujou en 7h31 ! 10min de transition et c'est parti pour la course à pied ! Je prends également le temps à la transition, mon seul objectif sur cet Embrunman, comme il s'agit d'un premier IronMan c'est de finir et de prendre du plaisir :) j'avais bien visualisé ma transition lors de la derniere descente. je descends du vélo 250ème. Je prends donc le temps de tout enlever pour ne partir qu'en trifonction car il commence a faire chaud chaud à Embrun ! Je vais de nouveau pisser, m'alimente correctement, bois++ et c'est parti pour la marthon. Je pars doucement, environ 5min15 au kilo sur les 20 premiers kilomètres. La bosse de 100m D+ au 5eme kilometre est violente pour les jambes.. la descente permet de se relancer malgré tout. puis vers le semi marathon je commence à accuser le coup physiquement mais aussi psychologiquement car il reste tout de même 21 bornes a couvrir, c'est d'ailleurs à ce moment que je prends la mesure de la distance que je viens déjà de couvrir... km25 les jmabes sont très très lourdes, j'ai chaud, la nausée, des maux de tête et des palpitations... l'insolation n'est pas loin. Petit à petit, je me fixe des objectifs simples. Courir jusqu'au prochain km, courir jusqu'au prochain ravito, jusqu'au prochain point d'ombre..etc.. j'alterne 5min de course, 1min de marche environ.. m'arête a tous les ravitos environ 30 sec même si j'essaye de ne pas trainer mais c'est dur dur dur.. km32 manon fait la bosse avec moi, je suis très fatigué mais je sais que ça devrait aller au bout. Les différentes expériences en trails des années précédentes, me font dire ça car je sais que je ne peux pas abandonner sauf raison médicale.. je bascule dans la descente km35, plsu que 7 bornes. j'arrive a recourir un peu 10 km/h puis 11 à l'heure au km38 quand je m'aperçois que les 13h30 sont jouables. je poursuis mon effort pour terminer cette course éprouvante et passe la ligne en 13h28, 234ème sur 1200 triathlètes !! quelle joie de passer la ligne :) j'ai l'impression de revivre les moments de mes premiers trails et ultra trails, en tout naiveté quand je me lançais des défis un peu fous sans me rendre compte de ce que cela représenter... un gros calin à mon amour de femme et à notre petit coquillage qui m'auront soutenus et accompagnés tout au long de la journée ! Embrunman 2019 finisher !!! :) quel putain de pied ! :)
    7.4.2019
    • Juoksu 2:59'49, 42,20 km
      Marathon de Rotterdam 2019 ! Petit récit de cette aventure qui a débuté 6 mois plus tôt lors des inscriptions. Je pensais que Manon me suivrait pour préparer ce premier gros objectif de l'année, mais malheureusement un we entre copines et un concert de rock auront eu raison de moi et de mon marathon :) Pas grave, ce sera donc une première course à l'étranger, et un premier dossard sur un objectif sans mon fidèle lieutenant et manager. Départ à 10h, ça aussi c'est qqchose d'un peu particulier car d'habitude les départs sont donnés un peu plus tard. J'ai basé tout mon entraînement sur une allure à 4min10/km soit un temps théorique de 2h55min58sec. J'en suis capable, je le sais et je l'ai senti aux entrainements. je me retrouve SAS 3h mais cette fois, comparativement à Paris 2017, j'ai accumulé beaucoup d'expériences en courses. je décide donc de changer la tactique du départ. Je laisse partir les meneurs d'allure des 3h devant, je pars 10 secondes après. j'ai prévu de les rattraper, puis de les doubler. Je sais comme ça que si je dois péter à un moment de la course, si ils reviennent sur moi j'ai 10sec d'avance sur eux au niveau du chrono... un peu technique mais rudement efficace par la suite pour le mental ! Je pars donc après eux et les rattrape dès les premiers hectomètres dans la montée du pont. Beaucoup beaucoup de monde sur le bitume (environ 20 000 coureurs) et sur les côtés. difficile de doubler. Passage du pont, 4min10 au kilo, je suis dans les temps, je passe devant les meneurs et me lance à l'assaut de ce marathon. km4, déjà je sens que ce n'est pas une grande journée.... Pas de bonnes sensations, le souffle un peu court après 4 bornes. Je prends alors quelques secondes pour réfléchir.. est ce que je suis venu pour casser les 3h ou pour tenter 2h56 pour risquer d'exploser ? Bien évidemment la première réponse. Je la joue alors cool et ralenti progressivement l'allure pour me caler dans le sillage des meneurs d'allure de 3h à partir du km10. Jusqu'au semi environ ça avance mais je sens réellement que les sensations ne sont pas celles que j'avais à Vichy un mois plus tôt.. Je ne saurais jamais vraiment pourquoi, même si pour moi, le stress aura joué un rôle important. Youssoupha, mon pote qui m'avait suivi à Rotterdam abandonne au km20, pas de jambes, il préfère s'arrêter là. On échange deux mots mais je reste concentrer. Passage au semi marathon en 1h29min32sec. Un poils moins vite qu'à Paris mais vraiment pas les mêmes sensations.. Je sens que je commence déjà à piocher. km25, deuxième passage du pont, et là surprise pendnat la redescente alors que je détends mes muscles, les crampes font leur apparition... Je me retrouve donc à devoir gérer 17km à 14 à l'heure avec de mauvaises sensations et une avance de 25 secondes sur un hypothétique 3h... Le temps va être long.. Je prends alors des dispositions comme je suis lucide. Je ne rate aucun ravito, mange régulièrement et n'hésite pas à m'hydrater et me rafraichir un max, car à 12h, il fait 20 degrés dans les rues de Rotterdam ! et oui déjà... km30, les crampes ne sont pas loins, et je pris pour que personne ne me tape involontairement le pied ou le mollet qui m'enverrait par terre... 20 secondes d'avance toujours sur les 3h et les km les plus difficiles en vue... km35, on bascule et on revient vers la ville, le vent passe dans le dos, les jambes sont très douloureuses et les crampes sonnent à la porte des mollets et maintenant du quadriceps droit, 15 secondes d'avance sur les 3h.. l'étau se resserre. km37 je commence à coincer, je suis toujours avec les meneurs d'allure juste à mes côtés. je me rappelle alors Paris deux ans plus tôt.. J'avais voulu m'accrocher au meneur coûte que coûte.. Pour au final coincer définitivement 2km plus loin et perdre 1min30 sur les 4 derniers kilomètres. Je ne ferai pas la même erreur cette année.. Je décide de volontairement ralentir et me cale à 4min20 au km38 puis 4min25 au km39. J'ai les meneurs en ligne de mire mais je ne m'agace pas, je sais que depuis le départ j'ai 10secondes d'avance sur eux. Passage au km40 ça devient très dur mais maintenant c'est dans la tronche et pas ailleurs. Aucune prépa ne permet de gérer ces deux kilomètres restants, c'est dans la tête et que dans la tête.. Je me ressaisis et reprends un rythme, km40 en 4min16. Passage à la barrière du km41 en 2h55min00sec. Si je continue en 4min15 je rentre en 3h00min06sec.... Rapide pensée à Manon et à tous mes amis qui m'ont encouragé, puis on éteint la lumière, débranchage de la cervelle, les fusibles sautent, rien ne m'empêchera d'atteindre mon objectif, c'est maintenant. Plus de crampes, plus de sensations qui tiennent. J'accélère, les jambes hurlent de douleurs mais j'arrive à tenir un rythme à 3min45, la ligne se dessine et j'entends les speakers... km41.5 rapide coup d'oeil à la montre 2h56min45. 700 derniers mètres en 3min04, le passage de la ligne est une délivrance j'ai tout donné.. Je m'écroule comme à l'arrivée d'un 10 bornes, 2h59min49sec à la montre. Putain je l'ai fait !!!! :) Je suis tellement fier de moi.. 11sec.. l'équivalent de 45m de course à ma vitesse... une pacotille diront certains mais je m'en fiche, j'ai mis moins de 3h. Les bénévoles m'aident à m'assoir et m'aspergent d'eau fraîche, j'ai quelques vertiges mais qu'est ce que c'est bon ! je mets plusieurs minutes pour rejoindre la sortie je suis fissuré mais vraiment heureux. C’était un jour sans, une course courue sans beaucoup de sensations, mais avec du mental et de l'expérience, j'ai réussi.. L'autre satisfaction est d'avoir tenu un deuxième semi en 1h30min14sec très peu d'écart avec le premier ! Un récit à lire et à relire pour moi dans le futur pour me rappeler les choses à faire, à ne pas faire et surtout que quand on veut, on peut ! Marathon sub3 DONE !!!!!!!!!!! :)
    10.3.2019
    • Juoksu 1:23'22, 21,10 km
      Semi Marathon de Vichy - 1h23min22. un semi marathon en gestion avec de super sensations sans taper dans la machine ! record perso de 5min !
  • 1.2.2019
    • Triathlon 5:04'56.7, 114,3 km
      Half Ironman de Dubai 2019. L'idée était venue de Toto il y a quelques mois dans une discussion. j'ai tenu parole, je me suis inscris et j'étais au départ de cet IronMan 70.3 de Dubai 4ème édition :) Une prépa moyenne pour arriver au départ, pas mal de natation, très peu de vélo avec le temps qu'il a fait ces dernieres semaines et surtout la casse de mon cannondale il y a trois semaines :( et pas mal de course à pied en vue du marathon de Rotterdam. J'arrive donc plutôt frais mais sans réel référence, je vais faire à l'expérience. Natation 1900m en 37min, très grosse satisfaction, rolling start au début qui me permet d'éviter l'aquastresse et de mettre ma nage en place. J'ai bien progressé ces dernières semaines et c'est une satisfaction ! Vélo, j'avais loué un vélo de chrono sur place, un beau bolide qui m'a permis de bien rouler pendant 2h34 ! La encore une belle satisfaction car même si le parcours est plat, la moyenne est plus que satisfaisante, surtout que le drafting est interdit (sauf dans les 10 derniers kilo ou il est bien toléré j'ai l'impression...). J'arrive donc à la course à pied avec deux transitions bien longues qu'il faudra que je travaille. Je ne vise aucun chrono mais je me rends compte que si je boucle le semi en 1h39 alors je peux descendre sous les 5h, les jambes sont plutôt légères c'est dans mes cordes. Mais il fait chaud, très très chaud et le vent souffle sur le retour du parcours. Je tente le tout pour le tout et démarre fort, premier 10km en 46min, si je reste à cette allure je passe en 4h59, mais je craque un peu sur les 7/8 derniers kilomètres, je rate un peu un ravitaillement au 15ème qui me coute cher, je perds du temps et fini en 5h04 bien content de moi malgré tout :) Un chrono plus que correct mais qui est largement améliorable ! maintenant feu sur le marathon de Rotterdam, mais ce half m'aura dponné envie d'en faire d'autres !
    14.10.2018
    • Polkujuoksu 4:53'00.1, 47,80 km
      Trail du Livradois Forez, 5ème au général et 1er sénior hors scratch, 1er podium, trop content :)))) Yavait pas beaucoup de monde mais je suis content de moi malgré tout, je prends ça comme la récompense d'un travail de plusieurs saisons pour aller chercher cette petite coupe :) Parti prudemment de nuit, comme a mon habitude, je pointe environ 15eme en haut de la premiere bosse. Km9 premier ravito 11ème. Montée du gros perrier pendant 20min j'en profite pour reprendre qques concurrents dans des conditions qui correspondent plus à mes qualités naturelles : le pentu, le vrai :) A partir du km14, je prends la 7ème place, à environ 1min du 6ème et 3min du 5ème, les 4 premeirs sont bien loins et intouchables pour moi. S'en suis un mano a mano, du km17 à l'arrivée. 5ème au km28, je me fais reprendre par les 2 concurrents dans la bosse du km35 où j'accuse un peu le coup... Arrivé en haut j'ai de novueau 2min de retard, je décide de poser la cervelle, vaï que vaï a fond dans la descente et le plat et on verra bien. je double le 6ème au km42 et le 5ème au km45. je finis bien entamé mais trop content de ma petite performance :) on peut partir sereinement en Nouvelle Zélande avec manon :)
    24.3.2018
    • Juoksu 1:38'02.8, 21,10 km
      pacer de tibou sur le semi marathon de Bordeaux ! quelle machine! elle s'est accrochée sur la fin, elle a même doublé Amélie Mauresmo dans les 2 derniers kilo !!!! :) la meilleure, je suis trop fier !!
    18.3.2018
    • Juoksu 0:37'27.7, 10,07 km
      yes, yes, YEEEEEES !!!! :) petite entrave au plan en vue de la maxi race, mais j'étais tellement déçu après les 10km d'Ussac que je ne pouvais pas rester la dessus. 2 semaines a gamberger. Je me suis inscrits en scred, sans le dire à personne, je me suis accroché, du début à la fin, j'ai rien lâché, je me suis fait mal et je bats mon record de 40 secondes sur ce parcours taillé pour les chronos. Sans Manon j'aurais sûrement fait 10 secondes de plus, heureusement qu'elle était là pour me secouer sur la fin !! :) Place à la suite, au dénivelé, aux sorties longues et aux bosses interminables, tout ce que j'aime, enfin :)Temps des kilomètres successifs : 3'42/3'44/3'36/3'42/3'43/3'45/3'51/3'38/3'54/3'46
  • 21.4.2018
    • Polkujuoksu 5:17'41 Keskisyke 147 bpm, 47,50 km
      Monedières Millevaches Raidlight trail! dernier dossard avant l'ultra race dans 1 mois... 47,5km (45 annoncés..) 2300D+, 2100D-. une course que l'on avait mis là pour valider le bloc des 3 dernières semaines ! chose faite :) départ prudent comme à mon habitude. Je décide de viser 9 de moyenne tout du long, ce que j'ai réussi à faire sur la quasi-totalité de la course en dehors de la dernière demi heure où les km accumulés depuis début avril (330... et 16000D+) se sont fait sentir ! au final entre 25 et 30eme au début. Je reprends dès le km15. 1 seul m'aura doublé : la 1ere féminine qui termine 9ème au scratch. Bluffante !! (qques références pour elle tout de même, 4emeF des derniers championnats de France, on a faillit l'avoir a mandailles la semaine dernière, et elle avait coché cette course). Je gère ensuite tout en essayant de courir un max pour finir à une belle 11eme place ! juste derrière Régis qui fini 10eme 5min devant. j'avais pas mieux aujourd'hui mais très satisfait compte tenu de la fatigue. seul point négatif: une petite entorse de la cheville au 33eme. a priori sans gravité mais il va falloir soigner et lever un peu le pied 1 semaine pour arriver à 1000% a Annecy dans 1 mois :) Banzai!!!!!!
    26.5.2018
    • Polkujuoksu 20:08'47, 117,7 km
      Ultra race d'Annecy 2018 - 20h08 - 117.5km 7350D+ - Que ce fut dur ! J'essaye à travers ce résumé de reprendre les parties de la course en décrivant un max le profil pour que cela puisse servir à d'autres par la suite. Le départ est donné à 1h30 du matin, avec Manon nous avons opté pour une bonne sieste d'une heure dans l'après midi mais pas de dodo avant la course. En temps habituel je ne me couche qu'à minuit et demi donc difficile pour moi d'aller au lit à 21h quand le départ est à 1h30... La course se fera donc en nuit blanche ! :) Départ à 1h30 donc le long du lac d'Annecy, pas mal de monde au départ avec beaucoup de jeunes qui rentrent et qui sont en soirée, le contraste avec les 1000 coureurs partis pour 117 bornes dans les montagnes est sympa ! :) km0 - km17 : 3 km de plat négocié à environ 12/13 km/h pour ma part. Je décide de partir très souple pour ne pas me griller, au 3ème kilo on commence à prendre un chemin c'est parti pour l'ascension du Semnoz. Une longue montée de 14km et 1350D+. Très piégeuse car prise seule, elle se court du début à la fin. Mais là c'est gestion avec les batons que j'utilise dès le début pour ne pas fatiguer inutilement mes jambes. Passage km8 en 53min 100ème position et passage au Semnoz en 96ème position en 2h31, pile dans les temps que je m'étais fixé. Pas de difficuté particulière donc pour monter, si ce n'est de pas partir trop vite à mon sens. km17 - km27 : longue descente de 10 bornes et 1000D-. A prendre hyper souple aussi mais en profiter car c'est la seule descente, en dehors de quelques passages techiniques au milieu, qui est agréable à courir ! Je passe le check point du km23.2 en 3h tout rond à la 88ème place avec encore de bonnes jambes, et heureusement ;) km27 - km35 : Montée du roc des boeufs. Sinueuse en montée/descente le premier km puis régulière, bien pentue comme je les aime pour la suite. je pousse sur les batons et prend un rythme de croisière pour la montée à environ 700 D+/heure. Je pointe au sommet en 4h31 et 84ème (compter 1h de montée depuis St EUSTACHE). Derrière la descente est très technique et piégeuse. On est encore très tôt dans la course donc elle passe bien mais on commence à y aller certaintment quelques plumes. Un ou deux panoramiques sur la lac c'est magnifique ! :) Arrivée en bas au km 35.5 en 4h52, 82ème place. km 35.5 - km44 : Bisous à Manon au km35.5, je quitte la frontale et passe en mode jour. La montée vers le km44 n'est pas super agréable, le passage du parcours que j'ai le moins aimé. On est dans des bois/maquis sur un single mais ça tourne, ça monte sans vraiment monter, ça descend sans braiment descendre, du mal à savoir comment gérer, de plus la fatigue de la nuit blanche commence à se faire sentir. Km40 j'ai une première petite alerte d'hypo. je mange bien, prend un petit shot de caféine et c'est reparti. Je prends le temps au km44 de me ravitailler mais je fais vite et bien, en 3min l'affaire est faite, c'est parti dans le massif des Bauges. km44 - km53 : Très belle partie du parcours dans les alpages. Cette fois-ci c'est clair que ça monte mais au moins on marche régulièrement et on prend notre rythme. Un petit replat et descente par ci par là pour détendre les jambes vers le km47 qui fait du bien pendant environ 1km (passage en 6h51 - 71ème) sans de gros passage technique. La dernière partie (le dernier kilomètre et demi environ, km51) est dur dur, ça monte fort, il reste pas mal de neige, on se fait 200D+ dans un névé. Passage au col en 8h07 - 69ème. Je suis encore bien en passant mais je sais et je sens que la descente qui va suivre va me faire du mal.... km53 - km60 : Pas manque. 7km 1100D- dans une descente tranquille au début mais technique sur les 5 derniers kilomètres. Droit dans la pente, dans du gros caillou tranchant. C'est le début de l'enfer pour les pieds. J'arrive en bas en ayant "pris le temps" de descendre. je pointe au combe d'ire en 66ème position et 8h47. km60 - km74 : j'ai pris le temps de me ravitailler une bonne dizaine de minutes car je commence à etre cuit.. je suis blanc je tremble un peu, je sens qu'il ne faut pas que je déconne avec sur ce ravitaillement. Je repars avec pas mal de concurrents qui m'ont doublé mais c'est pas grave. Dans la montée, je la fais au train, je ralentis l'allure pour laisser passer ce premier orage et attendre que je me refasse. Je monte à environ 600D+/heure dans une montée de route forestière sur la première moitié et single dans la forêt sur 2ème partie mais qui n'est pas difficile, je bascule dans la descente en ayant eu qu'un seul concurrent qui me double depuis le ravito, je sauve les meubles. Je passe la bosse en 10h02 - 78ème. Descente vers Doussard dégueulasse comme la descente précédente, dans la grosse caillasse tranchante. Je ne me fais pas avoir deux fois d'affilée. je suis descendu doucement tout à l'heure, cette fois-ci je pose le cerveau. je descend vite, bien et efficacement pour passer ce moment au plus vite. finalement ça passe mieux que tout à l'heure, surtout que habituellement je suis un bon descendeur et que j'ai bien travaillé cet aspect technique penadnt la prépa. Petite remontée vers Doussard de 200D+ puis redescente, 2km de plat sur Bitume avec un chauffard de m**** qui manque de m'écraser alors qu'un bénévole lui dit de s'arrêter, les gens sont vraiment débiles. J'arrive à Doussard en 11h15 - 90ème. (j'ai perdu pas mal de places car j'ai effectué mon ravitaillement perso jiuste avant la zone de passage de la puce). km 75 - km88 : LA TRES LONGUE AGONIE. Si un jour qqun lit ce résumé pour préparer la maxi ou l'ultra race : que ce passage est long... Longue montée facile vers la FORCLAZ mais je suis farci, single dans la forêt, difficile de doubler, je monte en 550D+ mais c'est long. On est avec les concurrents de la 2ème partie de tableau de la maxi race donc ça bouchonne un peu mais ça ne m'aura pas gêné. J'ai changé de chaussures au km75 ça m'aura fait du bien mais malgré tout les pieds commencent à être très douloureux. Redescente vers ravito d'eau, puis 2ème partie d'ascension vers le chalet de l'AULPS. Très compliqué pour moi, je commence à cruellement manquer de forces, j'essaye de manger mais je suis pris de haut le coeur, alors je bois de la boisson d'effort pour maintenor une glycémie correcte et un état d'hydratation mais ça devient dur, première partie de montée assez simple, deuxième plus pentue dans un champs on voit le bout c'est interminable. Derniere partie de l'ascencion vers le Roc de l'encrenaz est horrible. je monte au ralenti. Je pense que si j'étais monté en marche arrère je serais allé aussi vite. je m'assois une première fois, face au lac et avec la Tournette sur ma gauche, la vue est splendide, je prends le temps de savourer ce paysage 3min pour le moral puis je repars en voyant passer des concurrents devant moi sans pouvoir espérer les suivre. Je commence à être pris d'hallucinations visuelles et auditives, je suis au bord de la rupture. La montée est raide, peu technique sauf sur la toute dernière partie qui monte au roc, mais à ce moment là de la course c'est très dur. Je me rassooit une deuxèime fois, je ne peux plus avancer. Je sais que je n'abandonnerai jamais sur une course à cause de la fatigue et que j'irai au bout mais ça me parait être un chemin de croix... Je mange tout ce que je peux et bois pour essayer de repartir au plus vite. On continue de me passer devant mais je peux rien faire.. Je passe au roc en 88ème position et 14h57. Juste après le passage je m'arrête de nouveau et fini mes aliments salés car j'ai peur de l'hyponatrémie d'effort et je bois un peu de saint yorre. 4 nouveaux concurrents me doublent, Je repars en marchant puis me force à courir car parait-il la descente vers Menthon est très difficile. km 88 - km100 : La descente vers Menthon... 6km droit dans la pente 1100D- un enfer ! :) Je ne sais pas d'où ni comment mais dès les premiers hectomètres de cette descente je sens que les jamnbes reviennent, je renais d'entre les morts...!!!! :) J'opte donc pour la même tactique : droit dans la descente !! je pose le cerveau en haut du roc pour le récupérer à l'arrivée car il reste 30km et maintenant plus rien ne va m'arrêter. après passage du roc, petite pleine magnifique sur 600m toute plat pour reprendre une foulée avec l'horrible descente. J'arrive au ravito d'eau et prend 30sec pour remplir une flasque car menthon est à 5km donc on y sera vite , je repars aussitot. Partie entre ravito d'eau et Menthon avec quelques relances de 50-60D+ qui cassent un peu le rythme mais c'est pas la partie la plus difficile, les descentes sont correctes.. j'arrive à Menthon avec la banane, je suis bien, je passe en 16h45, 82ème, j'ai donc repris 10 places dans la descente. Ravito 5min avec manon, maintenant dernière étaope avant Annecy, il me reste des forces pour aller chercher qqchose. km100 - Arrivée : je pars tranquillement du ravito mais vite, car je sais que je peux aller chercher des mecs et que j'ai suffisamment de force physique et mental pour aller au bout en maintenant un rythme important. Le début de la montée est facile, dans un chemin forestier ça monte sans gros pourcentage et je relance sur certaines portions au petit trot. En revanche les deux derniers kilometres pour monter au mont baron se font dans la foret, c'est incroyablement dur à ce moment là de la course car on prend 480D+ en 2km, je laisse calculer le pourcentage moyen. J'arrive au col des contrebandiers 1h40 après avoir quitté Menthon, un bisou à manon qui est là et dernière partie montante vers le mont Veyrier avant la dernière descente vers Annecy. Il reste 300D+ et je lache toutes les force qu'il me reste, je reprends un groupe de 3, puis un autre groupe puis un autre concurrent, je ne fais que doubler c'est grisant après 100km surtout que mes jambes répondent toujours !! :) Passage au CP12 en 68ème position, 14 mecs de doubler dans la montée et 19h12. Je bacule dans la descente et je laisse aller jusqu'à l'arrivée en y mettant mes toutes dernières énergies pour maintenir cette position que je n'espérais plus en haut du roc de l'encrenaz et en voulant aller chercher les 20h tout pile de course. Je fonds dans la descente, j'ai l'impression d'aller hyper vite alors qu'en fait je ne suis qu'à 10 km/h !! ahaha. je comprends que les 20h seront difficiles car la descente est parsemée de petites relances par ci par là (110D+ en tout sur cette dernière portion descente) et bien sûr hyper technique par endroit avec des marches, des racines et des cailloux. Mes pieds sont dans un état que je n'ose pas imaginer tellement ils me font mal mais il faut foncer et je récupèrerai mon cerveau en bas après l'avoir laissé au roc ! J'arrive enfin sur les bords du lac, j'entends le speaker, ça sent l'écurie bordel !!!! :) Quelle satisfaction d'avoir pu tenir cet ultra, d'être allé chercher au plus profond de moi les ressources nécessaires pour repartir. Je sais maintenant avec cette course que mon mental ne me trahira jamais et que seul une décision médicale peut m'arrêter car j'étais au fond du gouffre dans la montée du roc, je n'avais jamais été autant fatigué dans une course.. je passe la ligne avec mon assistance d'amour qui a géré comme une chef en 20h08 à la 66ème place sur 1000 participants. Que ce fut dur, mais qu'est ce que c'est bon..... Je ne parle plus de mes pieds mais on se doute de l'état dans lequel je vais les trouver une fois les chaussures enlevées ! :) Axes de travail pour la suite : les descentes encore et toujours à bosser, logistiques ravitos (environ 1h d'arrêt en tout en comptant mes stops dans la montée du roc, c'est beaucoup mieux mais c'est un peu trop), musculation haut du corps que je n'ai pas fait du tout pendant cette préparation.
    19.3.2017
    • Juoksu 1:28'24.3, 21,10 km
      Semi marathon de Tulle ! nuageux, frais, pas de pluie, très peu de vent, conditions parfaites ! 16 bornes et demi allure marathon puis accélération progressive sur les 4 derniers kilometres et demi !! De super sensations après la séance d'hier ! Bravo à mon tibou qui fini 2eme sénior les doigts dans le pif ! Trop trop forte !!
    • 19.3.2017
      19.3.2017
      19.3.2017
      19.3.2017
    9.4.2017
    • Juoksu 3:01'29, 42,20 km
      Marathon de Paris 2017 ! Petit retour sur ce marathon : Arrivée aux aurores avec Manon pour le départ. Le mien est à 8h22 et le sien à 9h15 ! On retrouve Paul avec qui je vais faire la course ! Pas le temps de voir le coach qui est dans le SAS préférentiel mais on pense à lui qui prend le départ avec les Kenyans ! 😀 Première donnée importante avant même le départ il fait déjà chaud et il va faire très chaud aujourd'hui (25 degré à 11h !) et il va falloir s'hydrater et pas louper un seul ravito ! Le départ est donné, nous voilà parti sur la plus avenue du monde en compagnie de milliers d'autres coureurs ! Je retrouve le meneur d'allure des 3h et me met dans son sillage avec Paul ! Première grosse erreur de notre part, par humilité pour tous les athlètes qui ont déjà fait de bien meilleurs chronos que nous, on est parti à la fin du SAS des 3h.. je pensais bêtement que les participants à un marathon qui prenaient un dossard dans un SAS pensaient pouvoir courir le marathon dans le temps prévu pour le SAS en question mais non... on double un nombre incalculable de participants partis pour faire 3h30, 4h ou même 4h30.. Des gros tocards ! C'est insupportable, on se retrouve à devoir dépasser des types sur les trottoirs, on slalome même avec des gens du public, on perd le meneur d'allure pour ensuite devoir le rattraper... c'est épuisant et on laisse pas mal d'influx nerveux dans cette première bataille ou on aura accéléré/ralenti au moins une vingtaine de fois... arrivée dans Vincennes km12, on est enfin un peu plus tranquille, la route est plus large, le public moins nombreux et on peut prendre une foulée régulière. On est parfaitement dans les temps et à partir de ce moment là on peut se détendre musculairement parce qu'on est moins crispé.. passage au semi-marathon en 1h29min15sec tout va bien et Paul aussi :) Km22 on repasse à Bastille et on s'engage sur les quais de Seine et la c'est de nouveau le gros délire ! Du monde partout, partout partout ! C'est super agréable on est porté mais c'est aussi hyper angoissant, on est très serré on est en file indienne et les coureurs commencent à exploser donc on redouble de nouveaux pas mal de personnes. Les quais de Seine ont la particularité d'être casse patte avec une petite descente pour passer sous les ponts, suivi de petites montées qu'il faut négocier du mieux possible.. pas facile après 26/27 km de courses ! Km30 on quitte les quais, l'ambiance s'apaise un peu et on file vers Auteuil ! Km32 petite nouveauté, une belle côte qui nous amène vers la fondation Louis Vuitton ! Message aux organisateurs : MAIS QU'EST CE QUE CETTE CÔTE ?!?!? :-) tu veux tester ton mental, prend cette bosse allure marathon après 32 bornes tu deviendras un bonhomme ! :-) la relance qui suit est très difficile, Paul qui s'est tapé les 80km de l'eco trail 3 semaines plus tôt ralenti l'allure, moi je suis encore dans les temps pour les 3h et je rentre dans ma bulle pour ces derniers 10km qui vont être très difficile mais j'y suis préparé ! Km33/km34/km35/km36 c'est looooong je m'accroche, je mets tout ce que j'ai pour rester avec le meneur d'allure et le petit groupe de 5 coureurs que l'on forme.. km37 on rentre dans le bois de Boulogne, je m'accroche tout ce que je peux, je ralentis un peu l'allure et passe à 4min20 au kilomètre, km38/km39 allez ma poule bientôt la fin, le meneur est parti je lutte et essaye coûte que coûte de maintenir une vitesse raisonnable à 4min30, km40, km41 4min35 je perds des secondes précieuses dans la quête des 3h.. Km41,9 3h00min00sec... ça sera pour une autre fois, je relâche mon effort à 300m de l'arrivée pour savourer ce très bon moment où le public est loin mais crie tout ce qu'il peut pour nous pousser, endorphines à 300% je m'amuse à arranguer la foule et me fait même interviewer à l'arrivée :-) Temps final : 3h01min29sec, record battu de 59 minutes par rapport à 2013, 4min18/km de moyenne soit 13,97km/h et une anecdotique 1200eme place sur 46000 participants (on est parti 2500eme avec Paul... quand on dit qu'on a fait que doubler....) ! Paul fini juste après en 3h07, une enorme perf apres ce qu'il s'est mis ces dernières semaines ! Régis 2h56 énormissisme même s'il partait pour un peu mieux mais tu peux être sacrément fier parce que hier c'était pas facile.. et Manon au dessus du soleil, trop forte, la fierté <3, 3h55, 11 de moyenne, régulière tout du long, elle le gagnera un jour ce marathon de Paris !!! ;-) 3h01min29sec... 89 secondes de trop. On peut les attribuer à la grosse chaleur sur tout le parcours, aux quais de Seine ou encore au slalom du début.. un peu à tout ! mais ça trop facile et le chrono c'est le chrono, point ! Et ces 89 secondes il faudra aller chercher un jour ou l'autre, ailleurs qu'à Paris très certainement ! Pourquoi pas l'an prochain avec mon pote JB sur un marathon ou Loulou s'inscrira pour qu'on partage enfin une belle course entre potes ? :-) Un week-end entre amis à programmer en tout cas dans le futur qu'on s'arrache et qu'on se sorte les tripes ensemble ! Maintenant place à la récupération avant d'aller faire le con sur quelques triathlons cet été ! Merci à tout le monde pour tout les messages qu'on reçoit depuis hier c'est vraiment trop cool :-) Et pour finir un énorme merci à Regis qui nous prépare soigneusement tout ces plans d'entraînements et nous fait progresser, on s'accroche parfois, on se gueule dessus mais on l'aime notre coach ! :) Bon, et alors, on remet ça quand ?!?!
  • 20.5.2017
    • Polkujuoksu 1:57'02.8, 20,10 km
      2ème relai de la pastourelle 2017 avec tibou !! 13ème relai sur 150 équipes et 6ème mixte !! A 2min30 du podium , dommage :) Un parcours rendu très compliqué sur les crêtes avec les chutes de neige récentes, de la boue++++, et des randonneurs par dizaines en sens inverse sur les singles.. Un peu dommage aussi ! Mais une bien belle descente à plus de 16 km/h et une toute dernière montée avec manon en duo c'était top !! :) Un bon retour sur une course, car c'était notre premier dossard depuis Paris. Une bonne gestion aussi car même si je finis avec quelques crampes sur la fin a cause du terrain gras, j'ai pas trop tapé dans la machine non plus ! Semaine prochaine triathlon de Mautauban !!
    23.9.2017
    • Polkujuoksu 2:16'06.9, 23,30 km
      X trail Dordogne en équipe avec Régis, Tony, Nico et Laurent ! En souffrance tout du long, un cardio prêt à exploser et un gros soleil, mais il faut dire pour une reprise de dossard, 7 jours après retour des vacances et dégats des eaux géants dans l'appart, prendre le départ avec trois mecs affutés comme jamais qui prépare les templiers ça pique un peu !! :) 12km avec la team au seuil, jusqu'en haut de la 2eme bosse (j'aurai au moins vu que la vitesse ascensionnelle n'est pas mon principal problème en ce moment !!), je passe par la fenêtre au moment des relances, quand eux court à 13/13.5 j'ai du mal à tenir le 12/12.5 à l'heure, faute à des cuisses au bord des crampes ! Je décide alors de ne pas me faire plus mal que ça après la 2ème grosse ascension et laisse partir le groupe devant. Je finis les 11 derniers kilomètres en roue libre tranquillement pour finir à 6min de mes collègues qui remportent la course par équipe (moi aussi puisque je finis malgré tout devant la deuxième équipe). Replacé en individuel, je suis classé 20ème sur 400 environ, pas si mal pour une reprise ! ALlez go marathon du Larzac dans 4 semaines :)
    20.10.2017
    • Polkujuoksu 3:47'18.2, 36,50 km
      Marathon du Larzac, templiers 2017. 9ème sur 400 ! Trop content :)
    25.9.2016
    • Polkujuoksu 7:24'59.9, 59,50 km
      Grand trail du Sancy 2016, 21ème sur 600 participants
  • 18.6.2016
    • Polkujuoksu 4:32'48.4 Keskisyke 161 bpm, 43,00 km
      Marathon de la Jordanne 2016, 12/540, conditions difficiles dans la boue et le froid mais un entrainement qui paye !! trop content ! :)
    6.3.2016
    • Juoksu 0:39'15.4 Keskisyke 175 bpm, 10,00 km
      10km d'Ussac ! 39min15 !!! Nouveau record perso de bonnes augures pour la prépa marathon ! A noter, une fréquence cardiaque moyenne basse pour ce genre de courses, je pense que j'avais un peu plus dans les baskets aujourd'hui mais très content de ma course !! :)
    31.1.2016
    • Polkujuoksu 3:15'28.5 Keskisyke 88 bpm, 27,53 km
      Trail de l'aqueduc 2016, 16eme. Beaucoup de pluie, énormément de boue, peu de récup depuis le sancy et grosse crampe au mollet droit au 24eme.
    17.1.2016
    • Polkujuoksu 4:38'05.7 Keskisyke 153 bpm, 30,47 km
      Trail hivernal du sancy, conditions dantesques, au mental pour cette longue rando..
  • 29.11.2015
    26.8.2015
    • Polkujuoksu 25:27'07.7 Keskisyke 126 bpm, 119,0 km
      TDS 2015, course de fou 317/1800
    20.6.2015
    • Polkujuoksu 6:00'30.1 Keskisyke 154 bpm, 48,00 km
      Marathon de la Jordanne 17e/400 partants !!! :) Départ prudent du fait d'un genou gauche capricieux ces derniers jours mais a partir de 25km de course plutot rassuré, pas de douleurs j'ai accéléré sur la deuxième partie et une surprise a l'arrivée avec le classement ! :) Place a la recup et poursuite de la prépa pour la TDS avec Lucho, le couteau entre les dents !!! :)
    24.5.2015
  • 25.1.2015
    • Polkujuoksu 3:23'19.2 Keskisyke 163 bpm, 28,84 km
      Trail de l'aqueduc. -2 au départ, terrain gelé sur la moitié du parcours et très gras sur la fin. Au final, 23ème sur 170 coureurs et 9ème sénior ! :) En comparaison avec l'an dernier : 3h36 et 44/96.
    25.10.2014
    • Polkujuoksu 4:28'17.7 Keskisyke 160 bpm, 37,73 km
      Marathon des causses, super moments avec Antoine, Lucie et Loulou ! Très bonnes sensations, 88eme/1000 pour finir la saison 2014 !! :-)
    6.9.2014
    • Polkujuoksu 16:26'10.4 Keskisyke 136 bpm, 88,20 km
      Ultra trail du Vercors. 106ème/450 inscrits.
    13.4.2014
    • Polkujuoksu 2:45'09.5 Keskisyke 169 bpm, 27,00 km
      Foulées arpajonnaises, supers sensations jusqu'au 21eme kilometre, ensuite lutte contre les crampes au mollet droit, horrible !
  • 16.8.2014
    • Polkujuoksu 6:29'10.4 Keskisyke 153 bpm, 42,50 km
      Marathon du Montcalm - 42.5km , 2720D , 62ème sur plus de 300 partants
    19.1.2014
    • Polkujuoksu 4:05'48.3 Keskisyke 162 bpm, 30,42 km
      Trail hivernal du Sancy

24 fania

  • Claire46
    toms15
    PongTof
    Manooong
    BenjClaviere
    190870
    torpedo46
    RogerDelcros
    smt15
    VincentViet
    lauraestic
    Chups
    jerome15
    PIERREVAURS
    Krissmatic
    Julioska
    UltraPonpon
    youyou
    Lablaud
    NabNab
    machupicchu
    Troncon
    loulou15
    LucieDUMAS